News /

Comic Con paris 2018 : Castle Rock, bienvenue dans l’imaginaire du King

La série psycho-horrifique inspirée du multiverse de Stephen King est enfin visible en France. Le pilote diffusé lors du Comic Con de Paris nous enfonce lentement mais surement dans les tréfonds de l’imaginaire du maître incontesté de l’horreur. Impressions…

1574x884_castle_rock.jpg

Auteur: Wilhelm Bertieux


Warner Bros nous propose une série peu ordinaire : reprenant certaines figures et lieux emblématiques de l’univers créé par l’auteur américain Stephen King (Cujo, Ça, Simetierre…), Castle Rock dépeint une ville éponyme imaginaire se situant dans le Maine, où les habitants ont certaines choses assez compromettantes à cacher. Produite par Warner Bros, la série a été diffusée sur la plateforme de streaming américaine Hulu, mais c’est Canal+ qui se charge de nous faire profiter des dix épisodes que durent les aventures d’Henry Deaver, avocat de retour dans sa ville natale.

castle_rock_credit_hulu_1024x512.jpg

L’hommage aux dépends du scénario ?

L’ambiance pesante de Castle Rock fait sa force. Le jeu d’acteur d’André Holland (Moonlight) et de Bill Skarsgard (Ça) apporte bon nombre de sueurs froides, en particulier grâce à ce dernier, dont la prestation en clown tueur dans le Ça de 2017 nous hante encore. Si les fans hardcore du King trouveront leur bonheur dans tous les easter eggs que propose la série – la prison de Shawshank, certains personnages déjà croisés dans le multivers de l’écrivain comme l’ex-shérif Alan Pangborn ou enfin le très mystérieux « Kid » qui pourrait être l’alias de bon nombre d’antagonistes connus – il faut bien admettre que Castle Rock semble trop se reposer sur ses fondations. Les références aux différents romans ne tiennent que du clin d’œil et servent de couverture pour cacher un scénario maladroit qui aurait beaucoup mieux fonctionné à l’écrit.

Stephen King est-il son propre ennemi ?

Adapter les romans de King n’est jamais facile, plus d’un s’y est cassé les dents (pas vrai, Under the Dome ?). Avec une fanbase énorme et des sujets délicats à mettre en scène, Warner Bros et J.J. Abrams, producteur, ont préféré faire confiance à Sam Shaw et Dustin Thomason (des novices dans le fantastique) pour proposer une œuvre originale qui pourrait prendre sens tout en étant canon au multiverse.

Malheureusement la série s’emmêle les pinceaux dans ses intrigues et complique une fin qui qui a bien du mal à nous convaincre. De là à en conclure qu’il est quasi-impossible d’adapter (même dans une série au long cours) des œuvres tentaculaires (La Tour sombre…) ou a fortiori l’œuvre au complet d’un auteur aussi prolifique, il n’y a qu’un pas…

 

Castle Rock est disponible depuis le 18 octobre sur Canal +. Une saison deux a été commandée.

 

Images :
© Marc Wolff pour SYFY
© Hulu


Tags: CCP 2018   Comic Con Paris 2018? Castle Rock   Warner Bros   Stephen King  


Commentaires