News /

Dans les hallucinations artistiques et la culture pop de Schiani Ledo

Un illustrateur qui détourne les mythes à sa façon.

Ledo

Auteur: Emily Gaudette


Non, vous ne flottez pas dans un état second ni n'avez été malencontreusement intoxiqué à l'acide, vous contemplez une illustration de Schiani Ledo. Entièrement autodidacte, travaillant à la plume et à l'encre et en illustration numérique, Schiani Ledo s'est spécialisé dans la réactualisation des monstres issus des classiques de l'horreur, ou des personnages bien-aimés des enfants. Tous semblent vivre désormais dans la même dimension alternative et hallucinatoire de son esprit.

Ainsi le Mickey de Schiani Ledo, alias Sticky Mouse, a l'encre noire qui goutte, et des dents acérées et espacées traversent ce sourire si emblématique de la mascotte Disney. Les personnages de la culture pop et geek rentrent violemment dans la tech moderne : Nosferatu tiptape sur son smartphone dans son cercueil, et Sasquatch (Bigfoot) médite, branché par ses écouteurs aux circuits imprimés de sa poitrine. Tous sont immédiatement reconnaissables, et l'artiste agit par petites touches caractéristiques à chaque dessin.

Les personnages de bandes dessinées, de films d'horreur ou d'animes semblent délicieusement inquiétants quand ils sont dessinés par Schiani Ledo, mais ils ne sont jamais ni menaçants ni répugnants. C'est comme s'ils postulaient à une autre version d'eux mêmes, plus flashy et haute en couleur. Le Stan Lee de Ledo est une version platonique du regretté créateur de bande dessinée. Il l'a posté en novembre sur son Instagram : « Je viens de le finir. Encore un peu gonflé. Stan Lee est une inspiration à bien des égards. Créative et business ».

« Je suis inspiré par les illustrations et le design du milieu du (20ème) siècle, ainsi que par la science-fiction vintage, les bandes dessinées, le surréalisme, la culture DIY et les merveilleuses textures passées des imprimés. Quelle que soit la façon dont on appelle tout ça », déclare l'artiste de 42 ans à SYFY Wire.

Son portfolio est un kaléidoscope de personnages geeks et inventés, le plus souvent placés sur un fond contrasté. Il se dit inspiré par « les fantasmes de la nature, de l'espace et de la musique ». La musique : parmi ses favoris, les Ramones et les Pixies. Et pour un long voyage dans les profondeurs de l'espace, sans surprise, David Bowie.

Sans craindre de les railler gentiment, Schiani Ledo se définit comme un fervent adepte des blockbusters geeks. « Je crois que Disney fait un excellent travail avec Marvel », avance t-il. « Star Wars pas tellement, même si je suis toujours assis devant quand ça sort en salles ».

Il regarde également beaucoup de vidéos de théories sur YouTube, appréciant les analyses sans fin sur Star Wars, Game of Thrones, l'Univers cinéma de Marvel, et même sur des classiques comme Shining. Il est emballé par tout ce qui est « grand, coloré, chaotique et original ». En fan de théories, il aime quand les gens lui expliquent ce qu'ils voient dans ses propres illustrations : « J'aime entendre leur interprétation de certaines de mes dessins », dit-il.

Ses influences artistiques viennent de Stanley Kubrick, de l’utilisation du « dynamisme, de la puissance et de l'énergie » de Jack Kirby. Il aime aussi Moebius « pour les détails et l'économie des lignes », l'utilisation des encres et le storytelling de Daniel Clowes et de Charles Burns, Jamie Hewlett pour les « les personnages qui ont l'air simples et amusants », et Dave Cooper pour ses textures oniriques / cauchemardesques. Le fait est qu'il est facile de voir l'empreinte de Kirby et Burns dans le travail de Ledo.



View this post on Instagram


Here is a better shot of the #space #rat

A post shared by sleds (@sleds) on

Bien que Schiani Ledo participe au plus grand nombre de conventions de fans possibles, il préfère vendre ses oeuvres sur le marché de l'Art en général. Pendant la journée, il est illustrateur dans une agence appelée High Force, où il travaille depuis plus de dix ans. Il vend fréquemment des tirages originaux et met à jour régulièrement son Instagram — où il est toujours possible de lui raconter la dernière théorie concoctée à propos de son Sticky Mouse. Il sera à l'écoute.

 

Source : Emily Gaudette pour SYFY. Traduit et adapté de l'Américain.
Image de vignette: pour SYFY WIRE 2018 © Schiani Ledo


Tags: Illustration  


Commentaires