News /

Donjons et Dragons revient d'entre les morts

Un jeu créatif qui permet de s'évader du tout numérique et auquel s'adonne Hollywood : D&D devient furieusement chic.

Au milieu des années 70, Les américains Gary Gygax (1938-2008) et Dave Arneson (1947-2009) ont l'idée de faire évoluer un wargame médiéval appelé Chainmail, en s'attachant à faire déplacer des personnages plutôt que des armées : Dungeons & Dragons naît en 1974... et il semble bien ressusciter en 2017 !

D&D c'est quoi?

Un jeu de plateau plutôt libre : pas de cartes à jouer ni de ligne de trajet unique, mais des cartes de lieux avec un damier pour se repérer. Un maître de jeu décrit le scénario aux joueurs au fur et à mesure que ceux-ci avancent dans l'histoire. Combats et situations de hasard se règlent aux dés. Chaque joueur se construit un personnage qui appartient à une classe : guerrier, magicien, voleur etc. et le fait gagner en capacité (force, ruse, adresse, magie etc). A ce stade vous devriez surement penser : ah oui, c'est World of Warcraft mais en papier. Hum, c'est plutôt World of Warcraft qui est un Donjons et Dragons électronique. Et qui, avec le temps, voit ses avantages furieusement ressortir...

Nerd + vrai + chic = malin

Deux séries des plus populaires du moment, The Big Bang Theory et Stranger Things, le mettent en avant. « J'y joue compulsivement depuis des années » déclare D.B Weiss, 45 ans, showrunner de Game of Thrones. Son acolyte David Benioff n'a plus trop le temps, mais reconnait que les aventures D&D de son adolescence lui ont incontestablement appris la base du storytelling. 

L'été dernier, The Hollywood Reporter sortait un article intitulé Derrière les portes fermées d'Hollywwod, des Stars de la A-list (le grattin NDT) jouent à D&D. Vin Diesel, Dwayne Johnson, Drew Barrymore, Stephen Colbert, Mike Myers, Jon Favreau... avouent volontiers y jouer. Vin Diesel a même réalisé des vidéos de parties. Pour lui, c'est un moyen de maintenir sa créativité.

C'est en anglais mais Vin Diesel est bien les seul à poster des parties en ligne :

Dans un article du 24 octobre, le très sérieux magazine The New Yorker met en avant d'autres qualités recherchées par ceux qui y jouent. Car maintenant que tout le monde baigne dans un environnement numérique, certains cherchent à y échapper le temps d'une parenthèse, et à trouver un autre moyen de socialisation.

L'article s'extasie devant le grand nombre de lieux D&D qui se créent actuellement à travers les Etats-Unis.

« Il y a quelques mois j'étais à San Francisco » commente l'auteur, « jouant à D&D avec trois groupes de gens. Ils venaient pour faire un break dans leur carrière chez Google ou Airbnb (Silicon Valley se trouve tout près), ou dans leurs dissertations de Doctorat à la fac (...) Pendant 3 ou 4 heures ils se concentraient sur comment ils pouvaient convaincre un gobelin à renverser son roi. (...) À un moment le téléphone d'un joueur à vibré, il venait de recevoir une notification. Un autre lui a alors demandé à propos de son mobile : « range le, je viens ici pour y échapper ».

Vertues thérapeutiques

Plusieurs expériences sont actuellement menées avec D&D comme thérapie douce pour aider des enfants qui connaissent des difficultés à communiquer socialement, et leur permettre de se fortifier. Création de son avatar et de sa personnalité —avec un Roleplay qui peut être éloigné de ce qu'on se représente de soi (par exemple un gringalet incarnant une grosse brute !)— des défis sociaux en groupe, gestion de la frustration et de l'endurance, et enfin développement de liens d'amitié réels par le rire et la blague.

Qui dit mieux ?

Donjons et Dragons en est à sa version 5.
Site officiel (anglais),
Version officielle en français chez Black Book Editions, 
Forum en français Aide D&D

 

Image : Licence CC BY-SA 3.0 / Auteur : Diacritica / Wikimedia Commons


Tags: Donjons et Dragons  


Commentaires