News /

Hellboy : Mike Mignola fait le point

En comics ou au cinéma, le papa de Hellboy se confie à la presse US.

Hellboy

Le tournage de Hellboy 3 Rise of the Blood Queen va débuter en septembre sous l'égide du réalisateur discret Neil Marshall (Dog Slodier, The Descent, des épisodes de Game of Thrones, Constantine et Westworld), et Mike Mignola s'est confié au magazine américain The Verge  sur le destin de sa créature et de ce que la presse US commence à appeller le Mignolaverse, l'univers cinématographique Hellboy en gestation. D'autant que cela bouge aussi du côté comics, un secteur qui apparaît crucial pour soutenir une telle entreprise. Explications.
 

Rise of the Blood Queen

Nous apprenions il y a environ 2 mois que que Mike Mignola reprenait la main sur sa créature, Hellboy, au cinéma. Exit le réalisateur Guillermo del Toro et Ron Perlman, la transition s'étant visiblement faite à l'amiable (« C’est comme emprunter la voiture d’un ami et puis la lui rendre » — dixit Guillermo del Toro). Mignola, qui avait travaillé activement au scénario et à la conceptualisation sur les films de Del Toro, avoue ne pas toujours être à l'aise sous sa nouvelle casquette. « Je suis un producteur exécutif bizarre » dit-il. Ses nouvelles fonctions lui donnent l'impression de glander ! « Il faut seulement que je réponde à des questions.  Et pendant que je n'en fais pas lourd, je discute (...) ». Il faut croire que les discussions portent ! 

Tout part de l'idée du reboot. « Christopher Golden et moi avons écrit des ébauches du scénario, et les avons mis sur les rails..La décision a été alors prise de faire un reboot », explique  Mignola. Mais il prévient : ce sera « une adaptation large » du roman graphique. « Notre défi a été de coller à l'histoire, tout en proposant des éléments d'une histoire plus large. Mon souhait est que cela introduise de nombreux trucs qui pourraient s'étendre dans un univers cinématographique ». Nous y sommes. Le Mignolaverse comme l'appelle la presse US ? Un mot qu'il déteste : « ça fait peur quand je le prononce ! ». 

Alors Hellboy, un enième univers ciné en gestation ? À voir. Il a des atouts que tous n'ont pas, à commencer par une étonnante diversité. De fait, l'univers d'Hellboy est déjà un univers comics à lui tout seul. « Je lisais des Marvel dans les années 70 (il est né en 1962, NDR), et je trouvais génial ce monde gigantesque. Vous pouviez déjà trouver des histoires de Captain America dans les années 40, avec d'autres personnages (...) C'est le sentiment que j'ai voulu garder en faisant Hellboy et le BPRD (cf. ci dessous) ».

Et puis des enseignements ont visiblement été tirés d'autres expériences. A commencer par le fait qu'Hellboy 3  sera classé R aux Etats-Unis (+17ans - contrairement aux Del Toro qui étaient +13). Mignola trouve qu'une approche à la Logan « aide à en définir le ton : ardu, sombre, dur, non pas quelque chose qui s'arrête pour montrer les membres voler en l'air », pas de pudeurs de caméra.

Nous savions David Harbour (Stranger Things) sera Hellboy. L'excellent Ian McShane, le gourou hippie de Game of Thrones ou le Dieu vivant de American Gods, sera au cast. L'interview s'est faite avant l'annonce de l'arrivée de Milla Jovovich (Resident Evil, Le cinquième élément) dans le rôle de la méchante, the Blood Queeen. Dans le comics, Nimue —nom original de la Fée Viviane— revient des siècles après la Légende arthurienne pour devenir the Queen of Blood, la reine sanglante, alors qu'elle et ses copines sorcières se frottent à Hellboy (Cycle Darkness Calls, 2007)
 

Comics, la disparition d'Hellboy et légendes russes

Côté comics justement, Mike Mignola revient sur le dernier arc de Hellboy bouclé, l'excellent Hellboy en Enfer (Hellboy in Hell, 2016), toujours chez Dark Horse. Deux cartonnés majestueux qui sont sans doute les plus aboutis. Dans une ambiance dantesque, ils racontent la fin de l'histoire d'Hellboy, chez lui, aux Enfers, où il retrouve sa famille. 

Pas de panique ! C'est succulent, intelligent, et cela n'empêchera pas Mike Mignola de développer d'autres arcs avec son personnage. A commencer par la suite de sa saga BPRD (Bureau for Paranormal Research and Defense), un FBI du paranormal dans lequel travaille Hellboy (enfin, avant qu'il ne démissionne), écrit par Chris Robertson. Une histoire sur plus de 50 ans, et dont Mignola suggère des extensions à l'époque victorienne, voire à la préhistoire ! « J'aimerais bien faire cela », dit-il sur un ton gourmand. Le prochain arc BPRD s'appelle The Devil You Know,  et sera lui aussi la conclusion de la saga BPRD.

A coté de BPRD, nous trouvons d'autres sagas et spin-off: Hellboy : Histoires bizarres, Abe Sapien (le premier arc vient de finir), Witchfinder, Lobster Johnson et le prochain Koshchei the Deathless (Kochtcheï l'immortel en français), que Mignola a écrit et qui sera illustré par son vieux complice Ben Stenbeck (Witchfinder: In the Service of Angels, Hellboy and the B.P.R.D.: 1953, Lobster Johnson: Mangekyō). Inspiré du folklore russe, il sera introduit dans l'univers comics d'Hellboy en janvier 2018. Dans la légende, sa propre mort l'ayant quitté, il faudra la retrouver pour mettre fin aux agissements du sorcier Kochtcheï, lui qui ne s'entoure que de femmes, allant jusqu'à les enlever pour cela. Que deviendra t-il chez Hellboy ? Mignola : « On décrit souvent Hellboy comme un anti-héros (...) Koshchei lui est extrèmement un anti-heros ». Les contes du folklore russe sont sa nouvelle passion. « La Russie a tout bonnement des histoires de monstres incroyables  (...) comme Baba Yaga (une magicienne/sorcière célèbre des contes slaves). Quand je me suis intéressé à elle, j'ai découvert tout le reste ». 

Et alors, c'est pas un univers, ça ?

Koshchei

Image : Hellboy, Koshchei © Dark Horse Comics

Commentaires