News /

Bande-annonce : chronique d'un ratage annoncé pour Ghost in the Shell SAC_ 2045 ?

La japanimation ça rapporte et Netflix l’a bien compris ! Ne se contentant pas des anime cultes comme Code Geass – Lelouch of the Rebellion ou Neon Genesis Evangelion, la plateforme aime aussi proposer des séries originales. La prochaine fait déjà frémir les fans, mais pas d’excitation : Ghost in the Shell SAC_2045 tout en CGI, ça présage quoi ?

Auteur: Olivia Tripault


Adaptation du manga éponyme de Masamune Shirow, Ghost in the Shell est apparu sur les écrans en 1995 sous la patte du réalisateur Mamoru Oshii (The Sky Crawlers). La machine était lancée et depuis ce n’est pas moins de quatre films et trois anime qui ont bien rempli les caisses de la franchise. Jusqu’en 2017 où Hollywood, voulant glisser un pied dans la porte, a tout fait capoter avec son film live où la plantureuse Scarlett Johansson (Black Widow) incarnait Motoko Kusanagi.

Dernière balle pour Motoko Kusanagi ?

Mais les fans boudeurs n’ont pas attendu longtemps avant la bonne nouvelle. En 2018, un an après « la catastrophe », Maki Terashima-Furuta, présidente du studio d’animation I.G. Production annonce la production de Ghost in the Shell SAC_2045 ! L’anime est composé de deux saisons, Kenji Kamiyama (GITS – Stand Alone Complex) réalise la première et Shinji Aramaki (Ultraman) la seconde. De plus Ilya Kuvshinov (Wonderland : le royaume sans pluie) signe le chara-design et la distribution complète de Stand Alone Complex est de retour pour donner de la voix, si avec ça les fans ne sont pas rassurés ! Mais la bande-annonce a vite évincé le « ouf » général : GITS est désormais en CGI. Alors oui, tant que le major prend la pose, ça fait illusion, mais dès que l’héroïne bouge, le projet trébuche avec fracas ! Visages lisses, quasi sans expression, décors minimalistes et action molle, le trailer fait peur. Ce qui est d’autant plus frustrant quand on connait le talent d’Ilya Kuvshinov, les affiches de promotion (où étrangement Motoko Kusanagi n’apparaît jamais en 3D) le prouvent bien !

 

 

L’uniformisation ça n’a pas que du bon

Sans vouloir râler en mode « c’était mieux avant », le style froid et réaliste de Hiroyuki Okiura (Jin-Roh, la brigade des loups) a marqué les esprits, notamment au niveau des expressions de ses personnages, aux regards si vifs. Certes, niveau ambiance on est plus proche de Levius que des Chevaliers du Zodiaque, mais à force de tout nous montrer en 3D, façon Pixar, Netflix ne creuserait-il pas sa propre tombe ? Le changement de style pour GITS, c’était audacieux, mais pourquoi tout gâcher avec une uniformisation un brin infantilisante en mode « dessins animés du matin nouvelle génération » ? Les fans sont perplexes, mais finalement plus optimistes que nous : GITS, avant d’être un visuel c’est surtout une histoire, « quand le scénario va, tout va ». Reste plus qu’à croiser les doigts !

Photo Ghost in the Shell - SAC_2045 © by Sola Digital Art


Tags: anime   série d’animation japonaise   Netflix   série d’animation   Série   Ghost in the Shell   Ghost in the Shell SAC 2045   GITS   Kenji Kamiyama   Shinji Aramaki   Ilya Kuvshinov   Hiroyuki Okiura   Masamune Shirow   Scarlett Johansson  


Commentaires