News /

Black Widow, 100 ans plus tôt !

Comme Black Widow, c'est une espionne gainée dans une combinaison noire, une experte en infiltration et en déguisement. Mais contrairement à l'alter-ego de Scarlett Johansson, Protéa a carrément plus d'un siècle d'avance et elle compte cinq films en solo à son actif.

Auteur: Xavier Fournier


Remontons plus de cent en arrière ! Dans la décennie 1910-1920, le cinéma français se passionne pour les exploits de maîtres du déguisement, des bandits masqués sanguinaires qui ont pour nom Fantômas (beaucoup moins comique que la version De Funès) ou Zigomar. Ce sont pour l'époque d'énormes succès populaires qui en plus s'exportent très bien. Les films sont en effet muets. Il suffit de changer les cartons de texte entre les scènes pour traduire l'action dans une autre langue. Mais les pouvoirs publics s'inquiètent. Ces films, considérés comme violents, ne risquent-ils pas de donner aux jeunes le goût du crime ? Le réalisateur Victorin Jasset (1862-1913) a alors l'idée d'inventer un personnage qui utilise les mêmes méthodes qu'un Fantômas mais qui se bat pour le bien. Et pour marquer la différence, ce sera une femme, l'énigmatique Protéa, experte en imposture et en jiu-jitsu.

Protea

La dame en noir

Jasset a déjà réalisé plusieurs films de "bandits hors-normes" : Zigomar, Balaoo et Bandits en automobile (en s'inspirant des méfaits authentiques de la Bande à Bonnot) sur lesquels il a collaboré avec l'actrice, Josette Andriot. Agée de 27 ans, elle n'a pas réellement de formation de comédienne mais c'est une sportive passionnée, idéale pour les scènes d'action. C'est elle qui sera Protéa, aventurière drapée dans une tenue noire. Jasset meurt juste avant la sortie de son film, qu'il ne verra jamais terminé mais le succès est énorme à l'époque, au point de générer quatre autres suites, pratiquement une par an, alors qu'on est en pleine Première Guerre mondiale et que la menace des espions allemands inquiète les foules. Les aventures de Protéa vont ainsi être traduite à travers l'Europe et en Amérique. Aujourd'hui on dirait que c'est un blockbuster.

Protea

Plus forte que Rambo ?

On pourrait croire que la paix, rendant les tournages plus faciles, va permettre à Protéa de durer encore et encore. Après tout l'actrice n'a que 33 ans. Mais en 1919 le cinquième et film, Protéa V : L’intervention de Protéa, est aussi le dernier. Josette Andriot se marie et son époux exige qu'elle arrête de travailler. L'époque veut en effet que si une femme travaille c'est que son mari n'arrive pas à la prendre en charge. L'actrice abandonne le cinéma et les studios, convaincu que le public n'acceptera pas une autre actrice, arrête alors la saga. Protéa, femme d'action qui finalement totalise autant de films que Rambo, se heurte donc au patriarcat de l'époque. A l'heure où l'on reboote tout et où, dans le même temps, le manque d'héroïnes fortes dans le cinéma fait beaucoup parler, ne serait-il pas temps de donner une seconde vie à Protéa, la reine du mystère ?


Tags: Protea  


Commentaires