News /

De bons présages, le roman de Terry Pratchett et Neil Gaiman adapté en mini-série

Et par Neil Gaiman en personne, qui ne lâche pas pour autant l’adaptation d’American Gods.

Auteur: Paul Vogel


D’un côté Terry Pratchett (1948-2015), auteur des Annales du Disque-monde, l’une des références en science-fiction entrecoupée de fantasy et teintée de burlesque. D’un autre côté, Neil Gaiman, né en 1960, lui aussi en Angleterre, fils spirituel de Pratchett, auteur de comics (Sandman), de romans (Stardust, Coraline, American Gods) et scénariste pour la télévision (Dr. Who, Babylon V). Faut-il aussi préciser que son CV abonde, comme Pratchett, des plus grandes distinctions littéraires ? 4 prix Bram Stoker, 5 prix Hugo, 19 prix Locus, 3 prix Nebula…vous l’aurez compris, sa réputation n’est plus à prouver.

Amis depuis 1985, Terry Pratchett et Neil Gaiman ont commencé à collaborer trois ans plus tard sur De bons présages (Good Omens), l’histoire grotesque de l’arrivée sur Terre de l’Antéchrist et première incursion en littérature pour Gaiman, après ses romans graphiques pour DC Comics.

« L'Apocalypse aura lieu samedi prochain, après le thé ! Ainsi en ont décidé, d'un commun accord, les forces du Bien et du Mal. L'Antéchrist va fêter ses onze ans. Son éducation a été supervisée par un ange, Aziraphale, et un démon, Rampa, résidents sur Terre depuis l'époque de la première pomme. Mais voilà, suite à un coup du sort, l'enfant a été échangé à la maternité. Le vrai Antéchrist se nomme Adam et vit dans la banlieue londonienne. Et ça, ça change tout ! Une course contre la montre commence alors pour l'ange et le démon qui, finalement, se disent que la race humaine ne mérite pas son sort... »

Seulement voilà, l’année dernière, Pratchett est décédé et Gaiman ne souhaitait pas adapter De bons présages sans l’aval de son co-auteur : « Nous avions un marché qui consistait à ne travailler dessus qu’ensemble », avait-il annoncé il y a peu. Or, retournement de situation digne de Pratchett : celui-ci a laissé une lettre dans laquelle il se montrait favorable à l’adaptation télévisée. De bons présages sera donc développé en tant que mini-série en six parties.

Début des années 2000, une première adaptation pour le cinéma était à l’étude avec Terry Gilliam (L’Armée des douze singes, Brazil) à la réalisation et Johnny Deep et Robin Williams devant la caméra. Faute de financement, le projet est tombé à l’eau. Il y a cinq ans, Pratchett envisage alors une adaptation pour la télé en quatre épisodes, réalisée par un autre Monty Pyhton, Terry Jones. L’idée n’aboutit pas. Gilliam manifeste à nouveau son intérêt en 2012, mais réalise finalement Zero Theorem. De bons présages est alors passé par la radio en 2014 car Gaiman souhaitait contenter Pratchett avant son décès programmé.

Deux ans plus tard, tous les signaux sont au vert pour l’adaptation, développé par Gaiman lui-même. En 2015, la chaine américaine Starz avait déjà commandé la série American Gods, scénarisée par Bryan Fuller (Star Trek : Voyager, Heroes, Hannibal).  Neil Gaiman ne pouvait pas rêver meilleur présage...

Image 1 : Wikimedia Commons / Neil Gaiman
Image 2 : Wikimedia Commons / Terry Pratchett

Tags: Terry Pratchett   Terry Gilliam   Neil Gaiman   American Gods   De bons présages  


Commentaires