Film /

James Gunn veut la peau des Gardiens de la Galaxie

Faut-il enterrer pour de bon les super-héros Marvel ? Ou plus précisément faut-il que leur mort au sein de l'univers cinématique Marvel soit permanente ? Pour le réalisateur James Gunn (Guardians of the Galaxy, The Suicide Squad), cela ne fait pas de doute : un héros mort doit le rester.

James Gunn

Auteur: Xavier Fournier


C’est une série de messages ces derniers jours qui a lancé la discussion. Un fan prévient d'abord James Gunn, le réalisateur des Guardians of the Galaxy, qu'il va mourir s'il ose tuer l'adorable Rocket dans le futur troisième film du groupe. Ce à quoi Gunn répond du tac au tac qu'il va mourir même s'il épargne Rocket. Plus sympathique, une fan enchaine alors en lui expliquant qu'elle adore ses films mais qu'elle préférerait qu'il ne sacrifie aucun des héros. Cette fois Gunn répond sérieusement : « Tu penses qu'aucun personnage de film ne devrait mourir ? Je suis en désaccord. Je pense que les films nous aident à gérer notre propre mortalité et celle de ceux qui nous aimons. Éprouver ce genre de chose via la fiction, c'est bénéfique pour les gens ». Il reprend « En plus je pense que la mort de certains personnages donne plus de sens à la survie des autres ».

Tuer n'est pas jouer

Le paradoxe, c'est qu'on pourrait croire que James Gunn n'applique pas lui-même ses propres recommandations. En effet, Groot se sacrifie à la fin du premier film les Gardiens de la Galaxie pour mieux refaire surface, immédiatement, sous la forme d'une jeune pousse. Mais détrompez-vous. Gunn l'a expliqué depuis longtemps : le Groot qui meurt n'est pas le bébé Groot qui apparait ensuite. Il est comme son fils, que les autres Gardiens élèvent par la suite (d'où son comportement de bébé puis d'adolescent). Dans Guardians of the Galaxy 3, on devrait revoir Gamora (Zoe Saldana) même si celle-ci est morte dans Avengers: Infinity War. Mais la Gamora qui réapparait au cours d'Endgame provient d'une autre réalité du Multivers. La mort de la première Gamora reste effective et il s'agit essentiellement d'un "double".

Chris Pratt dans le collimateur ?

Malgré l'apparence d'une comédie permanente, beaucoup de choses dans l'approche de James Gunn ramènent à la mort. Dans le premier film, la disparition de la mère de Star-Lord servait de déclencheur. Dans le Vol.2, Peter Quill perd ses deux pères, d'abord le biologique (Ego, qui ne lui manquera guère) puis son père spirituel (Yondu). Si l'on rajoute à cela le précédent du premier Groot, autant dire que tout porte à croire que d'autres personnages pourraient se sacrifier. Les fans s'attendent tellement à voir une partie de l'équipe périr que l'un d'entre eux a demandé à James Gunn de limiter la casse : tuer un seul personnage mais épargner les autres. Ce à quoi Chris Pratt, l'interprète de Star-Lord, s'est fendu d'un message : « Pourquoi je sens que ce scénario ne se finirait pas bien pour moi ? ». Et James Gunn de lui rétorquer « Parce que tu as un bon instinct ? ».

Crédits photos © James Gunn


Tags: James Gunn   Marvel   Guardians of the Galaxy  


Commentaires