News /

Les adaptations américaines de manga : on arrête quand ?

La nouvelle est tombée : One Piece, le manga le plus vendu au monde, va passer à la moulinette Netflix pour une adaptation en série live-action. Alors que les fantômes de Dragon Ball : Evolution et Death Note reviennent doucement nous hanter, on est en droit de se questionner quant au traitement des mangas par Hollywood et compagnie…

one piece netflix

Auteur: Wilhelm Bertieux


À chaque adaptation live-action de manga sa polémique. Lorsque Scarlett Johansson a été annoncée en tête d’affiche du Ghost in the Shell de 2017, les fans n’ont pas hésité à pointer du doigt le whitewashing du film. Le Death Note de Netflix ? Pure appropriation culturelle de l’œuvre de base, éclaboussée d’une bonne dose d’incohérence et de stupidité. Alita Battle Angel de Robert Rodriguez ? Le design de Gally du manga Gunnm. Vous avez compris le principe : la sauce américaine ne prend pas. 

alita battle angel

Omae wa mou shindeiru

Ce qui saute aux yeux lorsqu’on est face à une adaptation de manga version USA, c’est l’incohérence. La grande majorité des œuvres du 9e art japonais ne suivent pas les mêmes codes scénaristiques que ces bonnes vieilles séries américaines. Par crainte de perdre son public, les films live-action n’hésitent alors pas à « américaniser » leur production, autant dans le fond que sur la forme. Exit les personnages profonds et autres choix moraux, le peuple veut du sang et des cheerleaders !

Alors, oui, les productions hollywoodiennes ou de Netflix ont définitivement plus de budget : Alita Battle Angel et Ghost in the Shell en particulier. Mais la poudre aux yeux offerte par ces films peine à masquer la pauvreté de l’adaptation, les choix douteux de casting ou encore le propos même du manga allégé pour pouvoir cocher la case « grand public » du cahier des charges. Mais… les Japonais respectent-ils pour autant leurs propres bébés ?

death note netflix

Cheap fidèle ou poudre aux yeux ?

La trilogie Crows Zero réalisée par Takashi Miike, les deux films Gantz de Shinsuke Sato ou encore la trilogie 20th Century Boys de Yukihiko Tsutsumi, tous ont été acclamés par la critique. Productions entièrement nippones, ces adaptations suivaient scrupuleusement leur matériau de base, avec les moyens mis à disposition. Comprenant que la formule fonctionnait, d’autres adaptations de manga culte ont vu le jour, de plus ou moins bonne qualité : Bleach en 2018 et Tokyo Ghoul en 2019 notamment.

Résultat ? Des films assez cheap, respectueux de l’histoire qu’ils racontent, et globalement accueillis positivement par la critique, malgré quelques ratages (Shingeki no Kyojin en 2015). Le cinéma asiatique n’est décidément pas sur la même longueur d’onde que le cinéma Hollywoodien, le traitement d’une même thématique étant bien souvent opposés : il n’y a qu’à voir Dernier Train pour Busan de Sang-Ho Yeon et World War Z de Marc Forster pour le comprendre.

Avec plus de 450 millions de tomes vendus dans le monde, One Piece de Eiichiro Oda est sans conteste le manga phénomène de ces dernières décennies. Il n’était donc plus qu’une question de temps pour que Netflix lorgne sur Luffy et son équipage. Une série est ainsi officialisée : aucune info sur le casting sur le moment, mais la crainte, bien présente, d’un Death Note 2.0.

Crédits : © Toei Animation / 20th Century Fox / Netflix


Tags: One Piece   Death Note   Ghost in the Shell   Dragon Ball   Netflix   Alita : Battle Angel  


Commentaires