News /

Retour sur la saison 10 de Doctor Who

Attention Spoilers ! On vous explique cette 10ème saison de l'une des séries SF préférées du public et on vous donne notre avis !

Auteur: Axelexa


Voilà, en direct sur la BBC, samedi soir marquait la fin de la dernière saison de notre cher 12ème Docteur alias Peter Capaldi et du si controversé showrunner Steven Moffat. Mais que retenir de cette saison et de son final ?

Une saison 10 inégale mais réussie

Commençons pas les nouveautés, cette année on retrouvait enfin un trio aux commandes du TARDIS grâce à la présence d’une nouvelle compagne Bill Potts, interprétée par Pearl Mackie, et du side-kick rigolo Nardole joué par Matt Lucas.

Bill est un des points positifs de cette saison, elle a apporté un vent de fraicheur au rôle de compagne du Docteur. Là où dans les précédentes saisons avec Clara, on avait un personnage totalement dévoué au Docteur ici Bill fait preuve de caractère, un peu comme Donna à l’époque de la saison 4.

L’arrivée de Bill a permis aussi à Moffat de pouvoir expliquer certains détails classiques de la série à un peu public peu initié (le Tardis, les deux cœurs des Seigneurs du Temps, la régénération…) certains y verront peut-être du fan-service mais que serait Doctor Who sans ce petit plaisir.

Le dernier membre du trio est un personnage que l’on connaissait déjà depuis quelques temps. En effet, Nardole est apparu dans l’épisode spécial Noël de 2015 Les Maris de River Song puis dans celui de l’année dernière Le retour de Docteur Mysterio. Matt Lucas avait été remarqué pour sa prestation assez comique apportant ce petit trait d’humour qui est cher à la série. Maintenant devenu membre permanent de l’équipe du Docteur, Nardole devient un de ses plus précieux alliés avec qui il partage la même mission : la garde d’un mystérieux coffre-fort sous l’université de Bristol.

Venons-en à ce fameux coffre-fort. Il fait office de fil rouge de la première partie de la saison, le Docteur a prêté serment de garder ce coffre et ce qu’il contient. C’est sans grande surprise que l’on apprend que c’est Missy qui est à l’intérieur (j’avais dit que ça spoilait), cette révélation qui nous laisse un peu sur notre faim on savait déjà qu’elle serait de retour dans cette saison.

Cette saison 10 qui compte 12 épisodes s’est vu doter d’une trilogie plutôt réussie avec les épisodes : Extremis, The Pyramid at the End of the World et The Lie of the Land. Véritable critique du totalitarisme et de la manipulation des médias, ce triptyque se révèle central dans cette saison notamment au niveau du développement de Bill et de sa « responsabilité » en tant que compagne du Docteur.

Le Final

World Enough and Time et The Doctor Falls forment le double épisode final. Cette conclusion de la 10ème saison marque le retour d’antagonistes classiques de Doctor Who : les Cybermen Mondasiens, apparus pour la première fois dans l’épisode The Tenth Planet face au 1er Docteur et le Master version John Simm (du fan-service ? nooon).

Pour résumer, dans les épisodes précédents, on apprend que Missy était enfermée dans un coffre-fort après avoir été condamnée à mort. Sauvée in-extremis par le Docteur se refusant d’exécuter la sentence, il prête serment de garder Missy enfermée afin de l’empêcher de commettre ses crimes. Cependant, le Docteur se retrouve en position de faiblesse ce qui oblige Nardole à libérer Missy pour lui venir en aide.

À partir de là, le Docteur décide de faire de Missy quelqu’un de bien. Pour cela, il la met à l’épreuve en lui confiant une mission, sauver un vaisseau immense aux abords d’un trou noir. Tout ne se passera pas comme prévu car le vaisseau se trouve être l’usine des Cybermen. En effet, du fait de la taille du vaisseau et de sa proximité avec le trou noir, le temps en haut du vaisseau (plus proche du trou noir) passe plus rapidement que le bas (théorie de la relativité, Einstein tout ça…). C’est pourquoi la population du bas s’est retrouvée à évoluer plus vite par rapport au haut et est donc devenue une population de Cybermen. Mais comment ? Tout cela est dû au Master version John Simm que l’on avait plus vu depuis le double épisode final de David Tennant,The End of Time et qui apparait un peu comme un cheveu sur la soupe car son retour avait déjà été teasé avant la saison.

Finalement pour abréger cette partie, Bill se retrouve transformée en Cyberwoman, Missy et le Master s’allient, le Docteur pige rien et Nardole s’enfuit (mais reviendra on vous rassure).

L’épisode final, lui, se veut un peu plus frustrant. En effet, les Cybermen déclarent la guerre à toute autre forme de vie non-améliorée et s’en vont poursuivre la team qui a rejoint un étage du vaisseau peuplé de fermiers déjà aux prises avec d’autres Cybermen épouvantails.

Un des bons points de cet épisode est Bill version Cyberwoman qui apporte une réflexion sur les émotions, la perception de soi et l’humanité. Mais finalement relayée au second plan, le récit tourne plus autour de la relation du Docteur agonisant, et dont la régénération se rapproche, avec les 2 Masters. C’est après une jolie tirade du Docteur prônant le fait d’être gentil comme sait si bien les écrire Moffat que les Masters décident d’abandonner tout le monde à leur propre sort et de s’enfuir récupérer et réparer le Tardis du Master John Simm. On va alors assister à probablement une des scènes les plus fortes de cette saison et même des 3 dernières saisons puisque finalement Missy décide qu’il est temps de s’allier et Docteur et pour cela n’hésite pas à  poignarder le Master et donc provoquer sa régénération. Mais le Master étant le Master, il lui est pour l’instant improbable d’imaginer cette possibilité et se retrouve donc à tuer Missy et donc se suicider en quelque sorte. #Triste

L’épisode se finit sur un plan du Docteur qui consiste à se sacrifier (pour changer..), Nardole part guider et sauver toute population humaine qui était là et Bill décide de rester avec le Docteur car elle ne veut pas vivre ainsi. Après avoir tout fait exploser, le Docteur est présumé mort. Et c’est là que l’épisode perd un peu son sens et où Moffat revient faire des siennes. Pour Steven Moffat, la mort ce n’est pas cool, alors oui il vient de tuer Missy, mais Bill a le droit à un ending à la Clara Oswald. Elle est morte mais pas vraiment, elle est rejointe par son crush du premier épisode et s’envolent toutes les deux visiter l’Espace. Quant au Docteur, il est grâce à la magie de l’ellipse et du montage transporté dans son Tardis, par Bill et Heather, qui était resté à l’autre bout du vaisseau et normalement difficilement inaccessible à cause de la relativité temporelle mais soit.

L’épisode s’achève sur le réveil du Docteur récitant les dernières paroles de ces précédentes incarnations (coucou la nostalgie) pour finir par atterrir sur une planète qui nous est pour l’instant inconnue. Le Docteur est en pleine crise existentielle car sa régénération est imminente mais il refuse de changer encore une fois, il résiste et fait tout pour l’annuler quand celle-ci se déclenche.

C’est No-noël

Cependant l’épisode ne se finit tout de suite. À genoux dans la neige, résistant encore à sa régénération, le Docteur est au bout de sa vie. Mais il n’est pas tout seul… Une silhouette apparait au milieu du blizzard révélant David Bradley dans le rôle du 1er Docteur (on l'avait déjà vu dans le téléfilm An Adventure in Space and Time). Voilà ce qui nous attend pour l’épisode de Noël cette année, et ça a l’air excitant !

Qu’est-ce qu’on en a pensé ?

Aaah cette saison 10, la dernière saison de Steven Moffat, la dernière saison de Peter Capaldi, une saison qui s’est faite attendre après plus d’un an et demi de pause (excepté l’épisode de Noël).

On a plutôt bien aimé la saison, cela est dû principalement à la nouvelle équipe autour du Docteur qui est très efficace. Bill apporte un vent de fraicheur, une certaine nouveauté et se détache de Clara pour avoir son propre rôle de compagne. Ensuite notre petit coup de cœur : Nardole. Personnage qui n’a pas fait l’unanimité dans la communauté mais qui se révèle extrêmement drôle et attachant. Véritable soutien du Docteur, il est aussi une vrai mère-poule et à toujours la réplique qui tue pour souligner une situation.

Au niveau des épisodes, on peut saluer le triple épisode des Moines qui s’est révélé très bien ficelé et nous a apporté son lot de rebondissements. Pour finir, le double épisode final, un final très attendu pudique qu’on était déjà au courant du retour des Cybermen de Mondas et de John Simm dans le rôle du Master. Le premier épisode a réussi à faire monter la tension et montrer les enjeux qui seraient importants dans la deuxième partie. Mais c’est cette deuxième partie qui ne se révèle pas assez à la hauteur malheureusement.

Bill qui était un des points forts se retrouve relayée en second rôle presque inutile, John Simm qui est plus là pour faire plaisir aux fans (ça marche mais quand même) que de jouer un premier rôle, ou encore la manie de Steven Moffat à ne pas faire mourir ses personnages quand ils devraient (parce que Bill qui s’en va dans l’espace avec sa copine c’est un peu comme Clara et Me…). Néanmoins, on peut saluer une belle performance de la part de Peter Capaldi qui prouve une dernière fois qu’il est le Docteur, le vrai (probablement mon préféré).

Doctor Who reviendra le 25 décembre au soir pour l'épisode final de Peter Capaldi avec sa régénération qui promet d'être émouvante comme à chaque fois.

La saison 11 n'a pas encore de date de sortie mais verra un nouvel acteur arriver dans le rôle du Docteur ainsi que le nouveau showrunner Chris Chibnall, créateur de Broadchurch.

Et vous, qui verriez-vous dans le rôle du Docteur ?

Image : Visuel officiel Doctor Who season 10 © BBC


Tags: Doctor Who   Doctor Who saison 10   Peter Capaldi   Steven Moffat  


Commentaires