News /

SYFY COMIC CON PARIS 2019 - Avant-première : on a vu le pilote de PennyWorth

Une série estampillée Batman, sans Bruce Wayne ? C’est possible. Et quand on sait que Pennyworth est imaginé par le créateur de Gotham, on se dit que ça promet du lourd ! Verdict ?

Auteur: Piero


En ce début d’après-midi au Comic Con Paris, le public de la grande scène a pu découvrir l’épisode pilote de Pennyworth, série TV centrée sur Alfred, sur le célèbre majordome de Batman, disponible le 9 décembre prochain sur Amazon Prime Video.

 

Après Gotham, le showrunner Bruno Heller lance cette année une série mettant en scène Alfred Pennyworth, amené à devenir l’homme à tout faire de Bruce Wayne, alias Batman. Anciens SAS, les forces spéciales britanniques, Alfred tente de retrouver une vie normale après avoir subi les épreuves de la guerre. Malgré son envie de devenir expert en sécurité, il est pour l’instant videur dans un night club londonien. Il va y croiser deux personnes qui vont changer sa vie : Thomas Wayne, consultant pour le gouvernement américain (et futur papa de Batman) et Esme, jolie danseuse, dont il tombe éperdument amoureux. Le pauvre « Alfie » va se retrouver au centre d’un complot contre la couronne britannique.

FIDÈLE AU POSTE

Alfred a été de toutes les incarnations « live » de Batman. De la série des années 60 au film de Zack Snyder, en passant par ceux de Burton, le mécanicien/docteur/repasseur de costumes est toujours là. Dans les comics, son origine a changé plusieurs fois. Au début majordome bedonnant et blagueur, il voit son passé modifié à l’occasion du grand reboot Crisis On Infinite Earths dans les années 80, Devenu ancien membre des forces britanniques à la retraite, avec un talent pour le théâtre, Mr Pennyworth est l’un des membres-clés de la Bat-Family, n’hésitant pas à aller sur le terrain. La série TV se penche sur cette période entre son départ de l’armée et son arrivée au service des Wayne.

 

C’EST LE MAJORDOME QUI A FAIT LE COUP !

Bruno Heller a une fascination pour le monde de l’homme chauve-souris. Malheureusement, avec les multiples apparitions de Batman au cinéma, il doit axer ses projets télévisuels dans un monde où Batman n’est pas présent. Gotham, par exemple, dont les ultimes épisodes sont présentés demain à la Comic Con Paris, voit la transition du jeune Bruce Wayne en héros masqué. Dans Pennyworth, même problématique. Du coup, Heller choisit de placer sa série dans le Londres des années 1960 dont l’esthétique rétro colle à l’univers de Batman. Alfred et ses deux compagnons d’armée, Daveboy et Bazza, sont efficaces mais très maladroits. L’écossais de la bande ayant toujours un verre à la main ou l’injure facile. Cette touche d’humour british donne également un côté James Bond à l’ensemble. Si Gotham a pu construire sa fanbase sur la promesse du héros et des vilains connus de DC Comics (comme Smallville en son temps), Pennyworth n’a pas cet avantage et mise donc sur une ambiance thriller/espionnage. Jack Bannon, son acteur principal, avec son côté wannabe Jude Law, est aussi bon dans l’humour et dans l’action. Sa partenaire Emma Corrin (future Diana dans The Crown) est l’innocence incarnée. L’alchimie entre les deux personnages fonctionne et leur histoire d’amour justifie les efforts d’Alfred pour s’en sortir.

 

Photos © Warner Bros / Epix


Tags: Batman   Pennyworth   Warner Bros  


Commentaires